Communiqués

Plus de 2 000 crash-tests déjà effectués au Volvo Cars Safety Centre

 

Depuis son ouverture en 2000, le Volvo Cars Safety Centre (Centre de sécurité de Volvo Cars) de Torslanda, près de Göteborg, en Suède, a déjà effectué plus de deux mille crash-tests. Croissant résolument année après année, le niveau d'activité du centre atteint aujourd'hui les dix voitures testées par jour dans un laboratoire comptant parmi les plus avancés et les mieux équipés du monde.

 

Le Volvo Cars Safety Centre a été conçu pour permettre la reproduction d'accidents de tous types. Le laboratoire est équipé de deux pistes de tir. La première est mobile alors que l'autre est permanente. La piste mobile peut être ajustée jusqu'à 90 degrés pour que les techniciens puissent procéder à tous les genres de tests, de la collision frontale à la collision latérale, entre voitures se présentant sous différents angles et se déplaçant à différentes vitesses. Quant à la piste permanente, elle est assez longue pour que les voitures testées puissent atteindre les 120 km/h. D'autres essais, comme les tonneaux et les collisions entre voitures et animaux ou autres objets, peuvent également y être effectués.

Plus de 100 crash-tests par modèle

Les demandes des différentes agences publiques et des organismes comme l'EuroNCAP et l'IIHS ne représentent qu'une partie des activités du Centre. Bien entendu, Volvo Cars, soucieux d'offrir à ses voitures le meilleur niveau de sécurité possible, l'utilise également. Durant son développement, une nouvelle Volvo ne subit pas moins de 100 à 120 crash-tests.

« Pour que nos voitures proposent la meilleure sécurité passive envisageable, nous devons vérifier de visu que les systèmes tels que nous les avons conçus protègent efficacement tous les passagers, quelle que soit leur taille ou leur corpulence, à toutes les vitesses usuelles et dans un maximum de circonstances accidentologiques. C'est la possibilité de reproduire des accidents totalement réalistes, tels qu'ils se passent dans la vie réelle, qui rend notre infrastructure unique, »explique Magnus Krokström, directeur du Volvo Cars Safety Centre.

Au total, environ 450 crash-tests sont effectués là-bas chaque année. Depuis la désignation du Centre Volvo comme Centre d'Excellence de la Sécurité pour Ford Motor Company, d'autres modèles des marques du groupe - dont Jaguar, Land Rover et Ford - y sont également mis à l'épreuve.


Reproduction d'accidents réels

Pour mener à bien des tests de qualité, il est primordial d'être capable de reproduire les accidents tels qu'ils surviennent malheureusement dans la vie réelle : « Le fait d'analyser en profondeur les accidents qui se sont produits et leurs circonstances avant de tester de nouveaux systèmes de sécurité au sein de notre laboratoire nous permet d'améliorer la sécurité de nos voitures, non pas en théorie mais bien dans le trafic intense d'aujourd'hui, » poursuit Magnus Krokström.
Il va de soi que les nouvelles réglementations, de même que les demandes du marché et la sortie de nouveaux systèmes de sécurité présentent sans cesse de nouveaux défis. Il est donc important que le Centre maintienne un contact étroit avec la communauté scientifique et technique afin d'assurer une allocation optimale des ressources en phase avec les développements prévisibles du monde automobile. En 1996, par exemple, à l'époque de la planification des activités du futur Centre, on prévoyait que la compatibilité entre grosses et petites voitures en cas d'accident allait devenir un domaine de recherche et d'expérimentation très important. Et cela s'est avéré vrai. Les collisions par l'arrière - devenues communes avec l'augmentation de la densité du trafic - et les
collisions latérales décalées - fréquentes aux carrefours - ont également gagné en importance.
« Grâce aux quelques modifications que nous avons apportées au Centre depuis ses débuts, il n'y a aujourd'hui quasiment plus de limites à ce que nous pouvons y tester, » affirme Magnus Krokström.

 

Planification et suivi

Un crash-test, c'est cinq jours de travail ; trois jours servent à préparer la voiture, à y placer les capteurs et à la peindre en une couleur mate, généralement orange (pour éviter les reflets des puissantes lampes d'éclairage qui gêneraient la prise de vue). C'est pendant ce temps que sont également préparés les mannequins. La préparation finale, y compris l'installation des instruments de mesure et des caméras, est effectuée la veille du test. En moyenne, deux tirs sont réalisés chaque jour, assurant un usage optimal des installations.
« Bien qu'en théorie, les résultats des tests puissent être compulsés dans l'heure, une inspection manuelle de la voiture et des mannequins doit également être pratiquée. Nos analystes livreront un premier rapport au team en charge de la voiture dans les 24 heures. Ce rapport sera suivi d'un autre, plus détaillé, livré sous quinzaine, » commente Magnus Krokström.


Simulations virtuelles

De nombreuses simulations d'accidents sont pratiquées à l'aide d'ordinateurs très puissants environ trois ans et demi avant la mise en production d'un nouveau modèle. En revanche, les crash-tests réels ne commencent qu'à peu près un an avant la commercialisation de la voiture. Les prototypes utilisés pour d'autres essais par le team en charge du projet figurent parmi les véhicules promis aux crash-tests après une remise en condition pour les rendre aussi proches que possible de la version finale. Cependant, aucun test physique ne peut être pratiqué avant que les experts en sécurité de Volvo Cars ne se montrent satisfaits des résultats des tests virtuels.

Les essais des systèmes de sécurité active - qui aident à éviter les accidents - ont également commencé récemment. Ces essais exigent des méthodes de test bien plus sophistiquées que les premiers crash-tests de Volvo réalisés il y a 50 ans (quand une voiture était précipitée dans une pente pour aller s'écraser sur un mur de béton). Ces nouveaux types d'essais représentent l'un des plus grands défis lancés au Volvo Cars Safety Centre de Torslanda.

Mots clés:
Technologie, Design
La description et les faits repris dans le matériel de presse concernent la gamme de voitures internationale de Volvo Cars. Les équipements peuvent être optionnels. Les spécifications peuvent varier en fonction du pays et peuvent être modifiées sans préavis.
Contacts média

For information on how Volvo Cars process your personal data in relation to Volvo Cars Global Newsroom click here.

Le site Volvo Cars utilise des cookies afin d'optimiser votre expérience utilisateur sur ce site. Les cookies du site ne stockent pas d'informations personnelles. Pour en savoir plus, consultez notre Page Politique en matière de cookies.
Nous attirons votre attention sur le fait que ce site est destiné aux médias et que tout usage des visuels à titre commercial ou publicitaire est interdit. Merci de vous référer aux Conditions d’utilisation du site

Acceptez