Communiqués

VOLVO CAR CORPORATION PLAIDE POUR LA REGLEMENTATION DES VEHICULES AUTONOMES DANS UN CADRE FEDERAL HOMOGENE

VOLVO CAR CORPORATION PLAIDE POUR LA REGLEMENTATION DES VEHICULES AUTONOMES DANS UN CADRE FEDERAL HOMOGENE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entrée dans le domaine de la conduite autonome, à savoir des voitures qui se conduisent toutes seules, constitue pour Volvo Car Corporation la prochaine étape de développement des voitures les plus sûrs du monde. « La conduite autonome offre des possibilités d'amélioration en matière de sécurité routière, de fluidité du trafic et d'économie de carburant. Pour concrétiser cette ambition, il importe d'éviter une pléthore de réglementations disparates au niveau des Etats », a indiqué hier Peter Mertens, Vice-président senior en charge de la R&D de Volvo Car Corporation, lors d'un séminaire à Washington D.C.

 

 

 

Le séminaire « Implications stratégiques des véhicules autonomes » organisé par l'Ambassade de Suède et par Volvo Car Corporation, portait essentiellement sur les potentialités et défis stratégiques des véhicules autonomes.

 

« Volvo Car Corporation a l'ambition de prendre le leadership en matière de conduite autonome en dépassant les concepts pour introduire de nouvelles technologies qui intéresseront nos clients. Nous avons déjà plusieurs systèmes d'assistance à la conduite en cours d'élaboration. Cependant, les règles juridiques relatives à cette technologie demeurent encore floues, a expliqué Peter Mertens. Nous voulons clarifier la situation en soutenant les efforts déployés pour légaliser les tests et essais des systèmes autonomes et engager une coopération constructive avec les décideurs politiques ».

 

 

Préoccupation relative à la mosaïque de cadres juridiques

 

Peter Mertens a exprimé la préoccupation de Volvo Car Corporation quant à l'émergence d'une mosaïque de lois et règlements disparates que risquerait d'entraîner une approche américaine état par état, et non fédérale.

 « Il importe que les autorités américaines soulignent que la réglementation sur les systèmes et éléments de sécurité des véhicules à moteur relève de leur compétence. Les recherches du NHTSA sur les problématiques associées aux véhicules autonomes pourraient constituer une première étape vers l'adoption de niveaux d'évaluation des technologies de conduite autonome, a-t-il souligné. Il est tout aussi primordial que la législation de l'Etat ne restreigne pas l'utilisation des systèmes de sécurité active et d'assistance. Il convient d'exclure expressément ces systèmes de la définition de conduite autonome ».

 

 

Des systèmes autonomies prêts en 2014

 

Volvo Car Corporation est déjà le fer de lance du développement de technologies de sécurité innovantes qui permettent aux conducteurs d'éviter les accidents.

 

Les axes prioritaires de développement des systèmes autonomes sont les ralentissements de circulation et, à plus long terme, les convois autoroutiers automatisés et les véhicules entièrement autonomes. Un système d'assistance dans les embouteillages sera introduit dès 2014.

 

« Il est essentiel que le véhicule puisse agir automatiquement alors que nous avançons vers notre vision de voitures plus jamais impliquées à l'avenir dans des collisions.Nos systèmes actuels de freinage automatique, maintien dans la voie de circulation et régulateur de vitesse adaptatif peuvent être qualifiés de premières étapes. Maintenant, nous allons vers des technologies procurant un niveau supplémentaire de conduite autonome dans des situations normales de circulation », a indiqué Peter Mertens.

 

 

Des avantages pour la société et pour les automobilistes

 

Outre l'amélioration de la sécurité, la technologie offre plusieurs autres avantages :

  • La conduite autonome peut réduire sensiblement la consommation de carburant;
  • Elle offre des possibilités de durées de déplacements moindres par fluidification du trafic;
  • Elle ouvre la voie à davantage de liberté au volant en laissant toute latitude au conducteur de se consacrer en toute sécurité à d'autres tâches pendant la conduite autonome du véhicule.

 

« Le conducteur moyen passe à peu près 250 heures par an en trajets domicile-travail et retour. Nous pensons qu'une utilisation plus rationnelle du temps sera bénéfique à la fois aux personnes et à la société », a expliqué Peter Mertens.

 

Mots clés:
Sécurité, Environnement, Technologie
La description et les faits repris dans le matériel de presse concernent la gamme de voitures internationale de Volvo Cars. Les équipements peuvent être optionnels. Les spécifications peuvent varier en fonction du pays et peuvent être modifiées sans préavis.
Contacts média