Communiqués

Volvo Cars appelle les représentants des Nations Unies à lutter contre les profondes inégalités en matière de sécurité routière

The all-new Volvo XC90 - interior

Volvo Cars appelle aujourd’hui les pouvoirs publics et organismes réglementaires du monde entier à se saisir de la question des inégalités profondes en matière de sécurité routière qu’il existe, entre pays développés et pays en développement. Malgré les progrès accomplis ces dernières décennies, les chiffres officiels mettent en lumière un écart significatif entre le nombre de morts sur les routes enregistrés d’une catégorie de pays à l’autre.

 

On estime que chaque année, 1,35 million de personnes perdent la vie dans des accidents de la route. Ce chiffre est à lui seul révélateur de la nécessité d’agir, mais les données fournies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indiquent également que le risque de mortalité sur les routes est plus de trois fois supérieur dans les pays en développement que dans les pays développés.

 

Afin d’améliorer la sécurité routière dans le monde, Volvo Cars considère que chaque pays doit promouvoir le port de la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière des voitures en votant et en appliquant des lois en faveur de ces gestes de prévention. Les infrastructures routières élémentaires, qui séparent les usagers de la route les plus vulnérables des véhicules motorisés, constituent un autre champ d’intervention prioritaire.

 

L’appel à l’action lancé par Volvo Cars intervient à l’approche de la 3e Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière organisée cette semaine, à Stockholm, par la Suède et l’OMS. À cette occasion, les délégués de plus de 80 États membres des Nations Unies débattront des futures orientations stratégiques de la sécurité routière à l’horizon 2030 et au-delà.

 

« Les données mondiales révèlent des inégalités criantes en matière de sécurité routière », déplore Malin Ekholm, directrice du Centre de sécurité de Volvo Cars. « Ces écarts doivent être comblés grâce à la technologie, mais aussi par l’instauration et la mise en avant d’une véritable culture de la sécurité dans le monde. Nous devons comprendre et éliminer ces disparités grâce au port de la ceinture de sécurité, et les infrastructures doivent être axées sur l’amélioration de la sécurité des usagers les plus vulnérables, qu’ils soient piétons ou cyclistes ».

 

Volvo Cars, qui collabore depuis plusieurs décennies avec les pouvoirs publics, les universitaires et le législateur, tient à contribuer aux initiatives mondiales liées à la sécurité routière en apportant son expertise et sa riche expérience dans ce domaine. Le constructeur a ainsi élaboré l’an dernier une base de données ouvertes compilant plusieurs décennies de travaux de recherches et consultable depuis ce lien.

 

« L’amélioration de la sécurité par la collaboration est dans l’ADN de Volvo Cars, c’est un facteur de réussite essentiel pour conserver notre position de chef de file dans ce domaine », ajoute Malin Ekholm. « Il est essentiel de mieux comprendre la valeur et la nécessité d’une protection élémentaire adéquate, et nous avons besoin que les Nations Unies et des législateurs nationaux nous soutiennent par le biais de la législation et de l’information. Nous sommes tous impatients, chez Volvo Cars, de participer à cette dynamique ».

 

La ceinture de sécurité à trois points d’ancrage moderne, lancée pour la première fois par Volvo Cars en 1959, est le système de sécurité le plus important d’une voiture. Sans ceinture, d’autres technologies pourtant sophistiquées deviendraient presque obsolètes. La fonction de freinage automatique est en effet bien moins efficace si les occupants ne portent pas de ceinture de sécurité qui les maintienne bien en place. Il en va de même pour les systèmes de retenue pour enfant, qui protègent les plus fragiles, des plus petits au plus grands.

 

Pourtant, seuls 105 pays dans le monde disposent de lois en faveur du port de la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière, comme le voudrait le bon sens. Volvo Cars s’en remet donc aux Nations Unies afin qu’elles exhortent les législateurs du monde entier à adapter et à faire appliquer leurs lois sur le port de la ceinture de sécurité, de manière à ce qu’elles concernent tous les passagers de tous les véhicules.

 

Plus de la moitié des morts sur les routes dans le monde concernent des cyclistes, des piétons et des motocyclistes. Volvo Cars recommande donc aussi aux États membres des Nations Unies d’investir davantage dans la sécurité routière en mettant en place, par exemple, des voies piétonnes et des pistes cyclables clairement délimitées et assorties de barrières de protection destinées aux usagers les plus vulnérables.

 

En faisant la promotion d’infrastructures visant à séparer les véhicules motorisés des piétons et des cyclistes qui soient à la fois plus abordables et plus simples à réaliser, Volvo Cars estime que de nombreuses vies pourront être sauvées.

 

Depuis les années 1960 et 1970, les données issues d’enquêtes sur les accidents réels menées par Volvo Cars ont permis aux autorités suédoises en charge de la sécurité routière de mettre en place de nouveaux dispositifs de sécurité comme des poteaux de lampadaires déformables, des garde-corps repensés ou des passerelles séparées des routes.

 

Note aux rédacteurs :

 

Pour en savoir plus sur les recherches de l’OMS dans ce domaine, consultez le dernier Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde. Les données de l’OMS sur la sécurité routière sont également consultables sur un site Web interactif.

 

Volvo Car Group en 2019

Au cours de l’exercice fiscal 2019, le résultat d’exploitation de Volvo Car Group a atteint 14,3 milliards de SEK (1,4 milliard d’euros), contre 14,2 milliards de SEK (1,3 milliard d’euros) en 2018. Le chiffre d’affaires pour cette période s’élève à 274,1 milliards de SEK (25,9 milliards d’euros), contre 252,7 milliards de SEK (23,9 milliards d’euros) en 2018. Sur l’ensemble de l’année 2019, les ventes mondiales ont atteint un record de 705 452 véhicules, soit une hausse de 9,8 % par rapport à 2018. Ces résultats reflètent la transformation financière et opérationnelle radicale mise en œuvre par Volvo ces dernières années afin de se positionner en vue de sa prochaine phase de croissance.

 

A propos de Volvo Car Group

Volvo existe depuis 1927. Aujourd’hui, Volvo est une des marques automobiles les plus connues et les plus respectées au monde, avec 705 452 véhicules vendus en 2019 dans une centaine de pays. Volvo Cars appartient à la société chinoise Zhejiang Geely Holding (Geely Holding) depuis 2010.

 

En 2019, Volvo Cars comptait, en moyenne, environ 41 500 employés à plein temps Le siège social, le développement produit, le marketing et l’administration de Volvo Cars sont principalement situés à Göteborg, en Suède. Le siège de Volvo Cars en Chine se trouve à Shanghai. Ses principales usines de production de voitures se situent à Göteborg (Suède), Gand (Belgique), en Caroline du Sud (États-Unis) et à Chengdu et Daqing (Chine) ; les moteurs sont fabriqués à Skövde (Suède) et Zhangjiakou (Chine), et les éléments de carrosserie à Olofström (Suède).

 

Fort de sa nouvelle ligne directrice « Freedom to Move », Volvo Cars entend offrir à ses clients la liberté de se déplacer de manière personnalisée, durable et sûre. Cette volonté se traduit par une triple ambition pour l’entreprise : d’ici au milieu de la décennie qui s’ouvre, faire en sorte que les véhicules tout électriques représentent la moitié de ses ventes mondiales et générer la moitié de son chiffre d’affaires directement auprès de ses clients. Volvo Cars s’est aussi engagé à réduire son empreinte carbone avec l’ambition de devenir une entreprise climatiquement neutre d’ici à 2040.

Mots clés:
Sécurité
La description et les faits repris dans le matériel de presse concernent la gamme de voitures internationale de Volvo Cars. Les équipements peuvent être optionnels. Les spécifications peuvent varier en fonction du pays et peuvent être modifiées sans préavis.
Contacts média