Communiqués

Volvo Cars au salon Techno-Classica : l’Art déco en mouvement avec la Volvo PV36

Volvo Cars au salon Techno-Classica : l’Art déco en mouvement avec la Volvo PV36

 

Volvo PV 36

Volvo Cars revisite la période Art déco pour l’édition 2019 du Techno-Classica d’Essen (Allemagne), le plus grand salon de voitures anciennes du monde, avec une Volvo PV36 de 1935 ayant appartenu à l’un des créateurs de l’entreprise.

 

Gustaf Larson, l’un des deux pères fondateurs de Volvo Cars en 1927, a conduit cette PV36 au style américain pendant plusieurs années, et c’est elle qui occupera le devant de la scène sur le stand du constructeur à Essen. Le salon sera aussi l’occasion de présenter pour la première fois en Allemagne la toute nouvelle berline sportive Volvo S60 produite aux États-Unis.

 

La PV36 est un exemple de style « paquebot », l’un des principaux courants du design du début des années trente aux États-Unis. Des immeubles, des trains, des bateaux et même des appareils électroménagers, des grille-pains aux fers à repasser, adoptèrent ce style Art déco tardif, qu’on appelait aussi Art Deco on the move (Art déco en mouvement) en raison de ses lignes aérodynamiques.

 

L’ingénieur et designer Ivar Örnberg importa ce style chez Volvo lorsqu’il revint en Suède, en 1933, après avoir travaillé pour l’industrie automobile américaine pendant quelques années. Il se vit confier le design de la PV36 et il apparut clairement que ses années passées dans des entreprises comme Hupmobile ne l’avaient pas laissé indifférent.

 

C’est avec ce nouveau modèle Volvo que le style « paquebot » débarqua en Suède. Cette voiture au style exotique fut vite surnommée la « Carioca », vraisemblablement en référence à cette danse latino-américaine très en vogue à l’époque. Conformément à ses prévisions, Volvo ne produisit que 500 exemplaires de ce modèle entre 1935 et 1938.

 

La PV36 présentée à Essen a peu de kilomètres, mais une grande histoire. Ce modèle fut l’un des premiers produits par Volvo, quelques années seulement après que l’ingénieur Gustaf Larson et l’économiste et commercial Assar Gabrielsson décidèrent, autour d’un dîner d’écrevisses en 1924, de donner naissance à un constructeur suédois.

 

Onze ans plus tard, Larson se fit remettre la clé de sa Volvo PV36, dont le châssis porte le numéro 85. Il conserva la voiture trois ans et, à l’exception d’une remise en peinture à ses débuts, celle-ci est restée presque intouchée depuis.

 

Cette PV36, lien direct unique avec l’un des créateurs de Volvo Cars, est un exemple fascinant de la manière avec laquelle le design d’influence américaine fit son entrée chez un petit constructeur suédois dans les années trente.

 

Le Salon de voitures anciennes Techno-Classica attire environ 200 000 visiteurs chaque année. En 2019, il ouvrira ses portes du 10 au 14 avril. Les autres berlines historiques qui seront exposées sur le stand de Volvo Cars sont :

  • la PV4 (1929), toute première berline de Volvo ;
  • l’Amazon (1966), icône du design selon Volvo ;
  • la 164 (1969), voiture de prestige à moteur 6 cylindres des années 1960 ;
  • la 240 Turbo (1981) première voiture particulière à turbo de Volvo ;
  • la 850 T-5R (1995), berline haute performance des années 1990.
Mots clés:
PV 36, Événements / Activités, Historique, 1935
La description et les faits repris dans le matériel de presse concernent la gamme de voitures internationale de Volvo Cars. Les équipements peuvent être optionnels. Les spécifications peuvent varier en fonction du pays et peuvent être modifiées sans préavis.
Contacts média

For information on how Volvo Cars process your personal data in relation to Volvo Cars Global Newsroom click here.

Le site Volvo Cars utilise des cookies afin d'optimiser votre expérience utilisateur sur ce site. Les cookies du site ne stockent pas d'informations personnelles. Pour en savoir plus, consultez notre Page Politique en matière de cookies.
Nous attirons votre attention sur le fait que ce site est destiné aux médias et que tout usage des visuels à titre commercial ou publicitaire est interdit. Merci de vous référer aux Conditions d’utilisation du site

Acceptez